Skip to content

Le chanvre et le changement climatique

2 août 2014

Champs de chanvre

Le chanvre, les arbres et les gaz à effets de serre

Que l’on croit ou non au progrès, à la conception intelligente, à une combinaison des deux, ou à quelque chose de complètement différent, personne ne peut nier l’interdépendance entre la nature et les êtres humains. Étant les créatures les plus intellectuellement développées de notre planète, les humains ont non seulement la capacité de la protéger ou de la détruire mais également la capacité de choisir ce qu’ils en feront. Avec plus de 7 milliards d’habitants maintenant sur terre, les humains sont les plus grands consommateurs de ses ressources naturelles. Les demandes de la population accrue ont mené à de nombreux déboisements pour créer de l’espace agricole et utiliser le bois des arbres, la matière première pour de nombreux produits quotidiens tels que le papier et les matériaux de construction. Pour cette raison, des experts estiment que d’ici 40 ans, les forêts tropicales pourraient avoir atteint un point de non-retour.

Le problème du déboisement est à double face : hormis le fait que cela perturbe de manière permanente des écosystèmes sensibles, nous changeons la composition des gaz atmosphériques de notre planète. La flore, particulièrement les arbres, agissent en tant que convertisseur naturel du gaz à effet de serre, transformant le dioxyde de carbone (CO2) en oxygène. De cette façon, les humains et les plantes peuvent vivre en symbiose car nous réutilisons continuellement les rejets de l’autre. Mais, en supprimant tant de biomasse végétale de l’équation climatique mondiale, nous nous retrouvons avec un excès de CO2, ayant pour résultat une augmentation constatée des températures moyennes à l’échelle mondiale.

Alors que certains peuvent rétorquer que c’est un effet secondaire malheureux et inévitable du progrès humain, ils ont torts. Ce taux de déboisement est premièrement inutile et deuxièmement, inefficace. Nous n’avons pas besoin de détruire ces lieux pour nos propres besoins, car la nature nous fournit une meilleure solution: le chanvre.

Cette ressource renouvelable peut être récoltée annuellement, alors qu’il faut au minimum trente ans aux arbres les plus rapides pour devenir adulte et être utilisables par l’industrie. Le chanvre peut pousser dans de très nombreux climats, et va ignorer les mauvaises herbes environnantes. Il est naturellement résistant à de nombreux parasites, éliminant le besoin de pesticides. Pour produire la même quantité de fibre qu’avec 4 hectares de forêt, seul 1 hectare de chanvre est nécessaire, un hectare qui aura poussé en un an seulement.

Pour un futur plus prospère et plus sûr, nous devons respecter et nous associer avec la nature, plutôt que la domestiquer et la détruire. Nous ne pouvons pas changer le passé, mais chaque jour nous bâtissons le futur. Nous ne pouvons pas défaire les dégâts qui ont été déjà faits, mais nous devrions faire un effort pour rendre cette Terre dans un meilleur état que nous l’avons trouvée. Le chanvre peut aider à guérir notre planète.

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :